12/05/2010

Radars laser

Première belge: la police de Liège a commandé trois radars laser qui seront opérationnels fin juillet

La technique du radar laser est largement utilisée en Suisse où elle a vu le jour. En Belgique, la société Traffic Observer tente d’imposer cet appareil révolutionnaire. Après avoir échoué de peu dans l’attribution du marché public pour l’équipement des autoroutes wallonnes, les premiers radars laser vont enfin entrer en activité sur notre territoire.

C’est la ville de Liège qui a décidé d’équiper sa police de ce matériel révolutionnaire. Le bon de commande pour trois radars semi-fixes a été signé pour un montant de 340.000 euros. Les appareils seront livrés et opérationnels à la fin du mois de juillet. “C’est une première en Belgique et même en Europe hors de Suisse” , nous précise l’importateur de ces radars du troisième millénaire.

La police de Liège confirme l’information. “Ce n’est pas un secret. C’est un investissement important” , selon la porte-parole de la zone. La Cité ardente se place donc en véritable pionnière du contrôle de vitesse dans notre pays.

Le système qui a été choisi est un modèle semi-fixe. “C’est un appareil que l’on installe à un endroit pour une période plus ou moins longue. Le gros avantage du système, c’est qu’il peut être placé n’importe où sans devoir prendre des mesures lourdes comme pour les systèmes classiques.” Pas besoin de sites propres lourds et coûteux à aménager.

Si une liste définitive des sites n’a pas encore été établie, quelques endroits ont déjà été ciblés. “Les grands axes du centre-ville dont principalement les quais de la Dérivation mais aussi la sortie de la ville vers Seraing, le boulevard de l’Automobile ou le boulevard de Froidmont et peut-être les boulevards des hauteurs” , explique-t-on à la police qui n’achète pas un chat dans un sac. “Des policiers sont allés le voir fonctionner en Suisse.”

Et la démonstration a été concluante. À tel point que les trois radars déjà achetés pourraient très bientôt être rejoints par d’autres.

Les avantages de cette technique homologuée depuis peu par la Métrologie en Belgique sont multiples. Tout d’abord, l’appareil n’utilisant pas l’effet doppler mais un faisceau laser est totalement indétectable par ceux qui bravent malgré tout l’interdiction de détention d’un détecteur.

Bien sûr, ils peuvent être signalés par les avertisseurs de radars mais comme ils peuvent être déplacés, cela n’a pas grand intérêt.

Autre avantage, le radar laser peut flasher plusieurs bandes de circulation à la fois et faire la distinction entre les véhicules (voitures ou poids lourds). Il peut flasher dans les deux sens et quasiment par tous les temps.

Un automobiliste liégeois averti en vaut deux. Reste à savoir si d’autres zones de police vont prochainement être séduites par cette technique imparable pour les chauffards.

 

NDLA : merveilleux esprit de modernité ,au lieu de consacrer de l'argent a réparer les routes qui sont dans un état pitoyable,a réparer les trottoirs qui sont de vrais casse gueules,a faire déboucher les avaloirs qui ,quand il y a de fortes pluies,transforment ce qui reste de route en mare aux canards...J'en passe et des meilleurs,on achète de quoi faire rentrer des sousous dans la caicaisse,sur le dos des pauvres citrons que sont les automobilistes...comme d'hab...

09:18 Écrit par ras le bol dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Les priorités liégeoises Pour Liège, quel est le plus important : aider précédemment les sinistrés de la Rue Léopold, s'occuper de l'Insécurité du Centre ville ou flasher les dangereux criminels, Mad Max de la route, dépassant les 50 km/h ?

C'est évidemment la 3ème proposition puisque la ville de Liège n'a eu aucun problème de budget
pour acheter 3 Radars "dernier cri" pour un total de 340.000 €. Les électeurs s'en souviendront-ils le 13 juin ?!

De plus, une nouvelle dérive est prévue alors que la dépénalisation des "infractions de parking" et la "gestion" de celles-ci par les sociétés de Parking telles Vinci Park et autres montrent quasi systématiquement des graves manquements élémentaires : en effet, on parle de dépénaliser les excès de vitesse et ainsi de les faire traiter par des sociétés privées qui achèteraient les concessions aux villes. Que deviennent les droits de la défense ? Et les droits à la vie privée ?

Enfin, les dealers continuent à pulluler au Centre ville, Place Saint-Lambert, Place Cathédral, dans le carré, EN PLEINE JOURNEE, ouvertement et n'ont aucun probème pour leur traffic !!!

Écrit par : Didier BERTRAND | 01/06/2010

Les commentaires sont fermés.